Association des Réserves Naturelles des Aiguilles Rouges

Détails des sorties proposées pour la saison 2014

Mardi 08 juillet

Itinéraire naturaliste autour du Prarion

Avec Jacky RAVANEL, Association des Réserves Naturelles des Aiguilles Rouges

Le massif du Prarion, à cheval sur les communes des Houches et de Saint-Gervais, est un merveilleux belvédère, offrant une vue panoramique remarquable sur le versant nord-ouest de la chaîne du Mont-Blanc, la vallée de Chamonix et les massifs environnants.

Une table d’orientation, installée autrefois par le Touring Club de France près du sommet de la télécabine nous invite à faire un tour d’horizon et repérer les nombreux sommets.

La force des reliefs, le découpage géographique voire administratif sont le fruit de la longue histoire de la formation des montagnes, puis de leur occupation par l’homme.

Il s’agit d’une véritable mosaïque, avec la diversité des roches, les alpages encore pâturés, de vastes versants forestiers paisibles et les pentes les plus abruptes conduisant aux plus hautes altitudes.

La flore et la faune sont d’une intéressante variété, juillet est une bonne période pour l’observation, alors partons à leur découverte…

Jacky Ravanel

Après des études de lettres modernes à l’Université et quelques passages aux Beaux-Arts de Grenoble et Genève, l’occasion lui a été donnée de parcourir sur le plan professionnel et des loisirs les nombreuses pentes et sommets de la région du Mont-Blanc.

Autant de plaisir et de découvertes de terrain sans cesse renouvelés.

Le regard sera celui du naturaliste, celui de l’artiste aussi, également de l’observateur curieux qui s’intéresse à ce territoire qui a été marqué et façonné par l’homme au cours d’une longue et riche histoire.

Compte-rendu de la sortie

6 personnes sont prévues pour la sortie mais quelques unes ont préféré annuler à cause des mauvaises prévisions météo.

Malgré tout les plus tenaces persistent et le petit groupe armé de parapluies s’engage sur le chemin autour du lac des Chavants puis, en aval, sur l’ancienne route des Diligences.

Sur le lac, comme chaque année, une famille de foulques macroules a élu domicile et circule autour d’un îlot à la recherche de nourriture. La route des Diligences en direction des Montées Pélissier est un très bel itinéraire, longeant quelques zones humides, puis en forêt, essentiellement de résineux. Le chemin est bordé de schistes du Carbonifère (Westphalien), avec la même disposition inclinée que de l’autre côté de l’Arve, à Bocher en rive droite, puis traverse la zone de granite dit de Servoz – les Houches. C’est dans ce granite qu’a été installé l’oratoire daté de 1856. C’est l’occasion d’observer de très beaux polis glaciaires et la présence de nombreux blocs erratiques de granite du Mont-Blanc, témoins du passage d’un grand glacier s’écoulant vers la basse vallée de l’Arve.

Quelques plantes fleurissent ou sont déjà en graines au bord du chemin : spirée ulmère, aruncus dioique, impatiente à petites fleurs, plusieurs espèces d’orpins,…

De retour à la télécabine, l’espoir d’une hypothétique éclaircie incite le petit groupe à tenter une visite dans le haut du Prarion. La lecture des cartes se fera de manière confortable dans la salle hors-sac de la télécabine, afin de mieux comprendre la formation des Alpes et la géomorphologie très diversifiée du site, à cheval sur les deux communes des Houches et de Saint-Gervais.

Nous sommes de nouveau dans les schistes du Carbonifère, posés ici sur le socle primaire de gneiss. Une brève sortie vers la Table d’orientation édifiée autrefois par le Touring Club de France permet d’apercevoir les anciennes carrières, le long du chemin qui se dirige vers la Tête de la Charme.

Finalement, malgré la pluie et la fraîcheur, sortie motivante et variée. Un temps plus clément aurait été l’occasion d’herboriser davantage et d’aller à la rencontre de l’avifaune dans les pelouses tout autour du massif.


Jacky Ravanel

Mardi 15 juillet

Visite du Musée des Cristaux de Chamonix

Avec Bernard POTY, membre du club de minéralogie de Chamonix, Président du Comité Scientifique du Musée des Cristaux

Le musée des cristaux de Chamonix, ouvert en 2005, a été créé grâce à un partenariat entre la commune de Chamonix-Mont-Blanc et le Club de Minéralogie de Chamonix.

Il présente essentiellement des cristaux de la vallée de Chamonix et des Alpes. Mais il contient également de superbes specimens provenant de gisements français et du monde entier.

Il est certainement l'un des plus beaux musées du monde pour les cristaux de type alpin.

Les cristaux que l'on trouve dans les Alpes sont liés à la formation de cette chaine de montagne. Leur découverte par les cristalliers, comme leur genèse seront expliqués en détail.

L'accent sera mis sur les cristaux de quartz, les plus abondants, mais aussi sur la fluorite rose ou rouge qui en est le joyau.

D'expérience la visite dure environ une heure trente.

Bernard Poty

Directeur de Recherche Honoraire au CNRS

Thèse de doctorat sur les cristaux de quartz du Mont Blanc et du Dauphiné en 1967

Membre du club de minéralogie de Chamonix

Président du Comité Scientifique du Musée des Cristaux qui a conçu le parcours muséographique et rédigé les panneaux explicatifs.

Voir l'article paru sur Bernard Poty dans le Dauphiné Libéré le 25 juillet 2014

Compte-rendu de la sortie

Une dizaine de personnes a assisté à cette visite.

Nous avons passé en revue la plupart des panneaux explicatifs, avons insisté sur la formation des Alpes et son rôle dans la croissance de ces cristaux spécifiques des chaines de montagne. Nous avons beaucoup parlé de croissance des cristaux.

Habituellement une visite guidée dure 1h30. Cette fois-ci elle a duré 2h30, car il y a eu beaucoup de questions.

D'ailleurs certaines personnes n'en étaient pas à leur première visite guidée ...

Bernard Poty

Mercredi 30 juillet

Sortie géologique - Secteur d’Emosson

Avec Serge DROUET, Géologue

A partir du barrage d’Emosson (Valais Suisse), accessible en voiture, compter une demi-heure à partir du chalet de l’ARNAR, le sentier s’élève de 700 m environ de dénivelé pour 10 km AR par les gorges de la Veudale.

On effectuera la traversée du socle polymétamorphique vieux de plus de 330 Ma pour atteindre les plages triasiques fossilisées à empreintes de dinosaures découvertes par un géologue français G. Bronner le 23 Août 1976.

Niveau, matériel : Bons marcheurs en sentier avec dénivelé et très rocailleux, enfants à partir de 12 ans, ayant l’habitude de la montagne, pique-nique, bâtons, crème solaire et vêtements chauds et pluie, et bonnes chaussures de randonnée de moyenne montagne.

Serge Drouet

Chamoniard, Maîtrise de Géologie à Lyon I

Géologue de synthèse et modélisation dans le domaine des hydrocarbures puis responsable du laboratoire des catalyseurs à l'Institut Français du Pétrole.

Retraité et professeur vacataire en géologie pétrolière à l'Université Lyon I depuis 2012.

Compte-rendu de la sortie

Sortie « Sur les traces d’archosauriens d’Emosson » du 31/07/2014.

C’est dans le brouillard que nous sommes partis à 9 participants du barrage d’Emosson, retour ensoleillé au même point, en 6 heures.

Après une brève histoire géologique de la région, nous avons remonté la gorge de la Veudale où nous avons pu observer les gneiss oeillés du socle des Aiguilles Rouges âgé de 350 à 450 Millions d’années, des metagrawackes et amphibolites.

Après avoir passé quelques névés, nous avons observé la discordance de la couverture sédimentaire triasique (240 Ma) du socle inclinée à 50° vers le NW, puis les calcaires gris et cargneules vacuolaires jaunes et enfin la dalle de grès quartzitiques à traces d’archosauriens ou « protodinosaures » à 2400m d’altitude.

Ces traces sont exceptionnelles par leur nombre (une centaine) et leur état de conservation (10 à 20 cm et 5 cm de profondeur).

On peut voir des rides de vagues associées à cette plage à reptiles.

Deux géologues suisses du Muséum d’histoire naturelle de Genève nous ont gracieusement expliqué ce lieu.

De cette dalle, nous avons eu une vue sur une partie de la nappe sédimentaire de calcaires argileux de Morcles Jurassique-Crétacé charriée au dessus du socle et de la couverture des Aiguille Rouges.

Mardi 5 août

Dynamique et paysages liés à l’érosion le long de l’Arveyron

Avec Estelle BLESBOIS, Animatrice nature, Association des Réserves Naturelles des Aiguilles Rouges

Cette petite randonnée est très facile et s’adresse à tous, petits et grands.

Des Tines (1082 m), nous nous rendrons aux sources de l’Arveyron (1259 m) par la côte du Piget, l’ancienne moraine latérale droite du glacier des Bois, puis nous redescendrons jusqu’aux Praz le long de l’Arveyron, par le Désert Blanc.

Nous finirons la promenade à la Pierre d’Orthaz, un gros bloc de granite erratique. Le but de cet après-midi est de faire découvrir à tous les traces de l’érosion dans le paysage.


Même si la randonnée est facile (moins de 200 m de dénivelée), n’oubliez pas de prendre de bonnes chaussures de marche, éventuellement des bâtons, des vêtements de pluie en fonction de la météo, mais aussi de l’eau et un petit quelque chose à grignoter en cas de creux !


RDV entre 14h et 14h10 en face de la gare SNCF des Tines (le train arrive à 14h05).

Vous pourrez rejoindre les Tines à pied, en bus ou en train.


Selon notre rythme, la sortie devrait durer entre 2h et 3h (grand maximum !).

Mardi 12 août

Vallée d’Abondance : patrimoines naturel et culturel

Avec Henri ROUGIER - Président du Conseil scientifique de l’ARNAR - Président de Géoterrain - Professeur de Géographie à l'Université Lyon 3

Au cœur du massif préalpin du Chablais, le val d’Abondance illustre parfaitement de que les géographes spécialistes des Alpes désignent par « cellule intramontagnarde ».

Dans un décor issu de la présence des nappes de charriage, calibrées ensuite par les glaciations de l’ère quaternaire, voici une vallée représentative de la montagne de moyenne altitude où se rencontrent tous les éléments de la « double mise en valeur équilibrée ».

La sortie a pour but de montrer un patrimoine autant naturel que culturel. C’est pourquoi, une marche à pied (à la portée de tous) permettra d’admirer le site du lac d’Arvoin.

Une visite d’une ferme typique où l’on produit (et s’achète) le célèbre fromage complétera cette journée, au cours de laquelle on évoquera l’architecture paysanne, l’héritage de l’abbaye d’Abondance et le développement touristique contemporain.

Voir l'article paru sur Henri Rougier dans le Dauphiné Libéré le 22 juillet 2014

Détail et organisation

Départ du col des Montets à 7 heures 45

Regroupement des voitures au parking de la télécabine de La Panthiaz, entre Chatel et La Chapelle d’Abondance à 10 heures

Temps forts de la journée :

  • Présentation géographique du val d’Abondance, typique du Chablais
  • Le lac d’Arvouin
  • Visite de l’abbaye d’Abondance
  • Visite d’une ferme produisant du fromage

Fin de la sortie sur place vers 17 heures 30 et retour au col des Montets entre 19 heures 30 et 20 heures.

Indications pratiques :

  • Marche pour aller au lac d’Arvouin : 1 heure 30 aller-retour. Très facile, chemin muletier plat, nul besoin de bâtons, des tennis suffisent.
  • Prix de la visite de l’abbaye : 4,50 € - par personne
  • Possibilité d’achat de fromage à la ferme
  • Porter son pique-nique

Inscription obligatoire avant le 4 août auprès d’Estelle Blesbois, qui organisera le co-voiturage au départ du col des Montets.

Par téléphone : 04 50 54 02 24

Par mail estelle.blesbois@gmail.com ou info@rnaiguillesrouges.org


Mardi 19 août

Sortie botanique : la moraine gauche du glacier d’Argentière

Avec Denis JORDAN, Botaniste

C’est toujours avec le plus grand plaisir que nous accompagnons Denis lors de sorties botaniques dans notre région.

Infatigable marcheur et découvreur de la flore haut-savoyarde, il n’a de cesse de mettre à la portée de chacun, naturaliste débutant ou botaniste chevronné, la somme de ses connaissances.

Nous le remercions encore pour sa compétence et sa grande disponibilité.

Jacky Ravanel

Le cheminement s’effectue depuis la gare du téléphérique de Lognan jusqu’à la moraine du glacier d’Argentière, sur sa rive gauche.

Entre 2000 m et 2200 m, c’est encore le domaine de la lande à rhododendron qui va laisser place à une pelouse alpine clairsemée au milieu de nombreux rochers apportés par des glaces aujourd’hui disparues.

L’observation d’aulnes verts et d’une intéressante variété de saules arbustifs trahit la présence d’eau suintante sur le socle rocheux aux abords du chemin.

La moraine gauche du glacier d’Argentière date de la fin du Petit Âge glaciaire, vers 1850, la végétation est bien installée au milieu des blocs de granite de taille parfois imposante.

Nous entrons à cet endroit dans le domaine de la haute montagne...

Denis Jordan

Organisation pratique

Le rendez-vous est fixé à 8h00 au départ du téléphérique de Lognan

Prévoir un pique-nique, de bonnes chaussures de marche, des vêtements chauds/de pluie, de la crème solaire, etc....

Prévoir 16€ pour l'aller-retour en téléphérique jusqu'à Lognan

La participation financière demandée par l'ARNAR (10€, ou 5€ pour les adhérents).